FANDOM


Plagg Nasca Icon Cette page est une transcription pour l'épisode Le Dessinateur. Merci d'ajouter du contenu uniquement en rapport avec l'article de base.

Précédent : "M. Pigeon

"

Suivant : "Rogercop

"


[ Générique ]

Scène : Dans l'école

(Plan sur l’école, de nuit)
Marinette : (dans un cri de terreur) À l’aide !
(Marinette court dans un couloir, paniquée. Climatika lui barre la route. Marinette fait demi-tour. Lady Wifi arrive par l’autre côté. Marinette tente de rebrousser chemin mais Lady Wifi utilise son téléphone et immobilise Marinette en la « mettant sur pause ». Climatika la gèle à l’aide de son parapluie. Elles se rejoignent et font un check. Le Dessinateur arrive en atterrissant avec classe sur le sol du couloir. Il sort sa tablette graphique et son crayon, efface le parapluie de Climatika et les enferme elle et Lady Wifi dans un cage transparente. Il libère Marinette.)
Marinette : (étonnée) Oh ? (Puis d’une voix pleine d’admiration) Super Nathan !! Tu es mon héros !
(Elle se blottit dans ses bras)
Le Dessinateur : (avec fausse modestie) : Arrête… C’était rien !
Marinette : (tendrement) Je t’aime tellement !
Le Dessinateur : Je t’aime aussi Marinette.

----
Scène : Salle de classe de Melle Mendeleiev

Mme Mendeleïev : (en hurlant) Nathaniel ! (Elle frappe un grand coup sur la paillasse de Nathaniel qui rêvassait sur ses planches)
Nathaniel : (étourdi) Hein ?
Mme Mendeleïev : (furieuse) Vous êtes encore en train de dessiner ?
Nathaniel : (d’une voix tremblante) Hein ? Quoi ?
Mme Mendeleïev : (elle arrache sa feuille de dessin) Ce n’est pas de cette façon que vous allez améliorer votre moyenne en physique !
Nathaniel : (contrit) Ch’uis désolé…
Mme Mendeleïev : (montre la sortie du doigt) Oui, et bien, allez donc faire un tour dans le bureau du directeur pour lui montrer vos gribouillis ! Là vous allez vraiment être désolé !
(Nathaniel quitte sa place et se dirige vers la sortie mais il se prend les pieds dans un sac rose qui gisait au sol. Il chute violemment et il lâche son carnet à dessins. Marinette et Alya regardent la scène d’un air inquiet.)
Chloé : (en ramassant le carnet et en s’exclamant avec enthousiasme) Oh ! Regarde Sabrina ! C’est lui ! Il s’est dessiné en super-héros ! Et regarde… celle qu’il sauve, c’est Marinette ! (S’adressant à Marinette) Il est carrément amoureux de toi, Marinette !
Nathaniel : (énervé) Rends-moi ça ! (Il arrache son carnet des mains de Chloé)
Mme Mendeleïev : (furibonde) Ça suffit Nathaniel ! (Elle montre à nouveau la sortie du doigt) Sortez !

----
Scène : Repaire du Papillon

(La fenêtre s’ouvre)
Papillon : Ah, les artistes sont tellement sensibles… C’est une cible parfaite !
(Il tend la main et un akuma vient s’y poser et le Papillon noircit ses ailes.)
Papillon : Envole-toi petit Akuma… Accomplis mes noirs desseins !
(L’akuma s’envole au-dessus de Paris à la recherche de sa proie.)

----
Scène : Un couloir de l’école

(Nathaniel marche tête baissée, son carnet serré contre sa poitrine. Il fait tomber son stylo mais au moment où il le ramasse, l’akuma se glisse à l’intérieur.)
Papillon : Cela ne te dérange pas que ton talent ne soit pas reconnu ? Dessinateur ! Je suis le Papillon, un grand amateur d’art… je viens te proposer mon aide mais si tu acceptes, il faudra en payer le prix : j’aimerais récupérer deux bijoux auxquels je tiens.
Nathaniel : (déterminé) Dites-moi juste ce que vous voulez.
(Nathaniel est akumatisé.)

----
Scène : Laboratoire de science du collège

Mme Mendeleïev : Le prochain groupe à nous proposer un exposé sera composé de Nino, Adrien et Alya.
Marinette : (en chuchotant à l'oreille d'Alya) Oh ! T’as trop de chance !
Mme Mendeleïev : Le groupe suivant sera, lui, composé de Sabrina, Chloé et Marinette.
Marinette : (déçue) Oh… (elle laisse tomber son front contre sa paillasse)
Alya : (en lui tapotant le dos) T’as trop pas de chance…
Chloé : (en levant la main) Hé madame ! Vous pourriez mettre celle-là, (elle désigne Marinette) dans un autre groupe ? Sabrina et moi on travaille bien mieux toutes les deux…
Mme Mendeleïev : (sèche) C’est une présentation en groupe pas en duo, alors débrouillez-vous.
Chloé : (méprisante) Je déteste me débrouiller…
(Les élèves sortent de la salle)
Marinette : (à Alya en souriant) Ça te dirait pas qu’on change de groupe par hasard ?
Alya : (en mettant la main sur l’épaule de Marinette) pour me retrouver avec ces deux pestes là ? Non, c’est gentil… mais t’inquiètes ! Je parlerai de toi à qui-tu-sais quand on bossera sur l’exposé.
Marinette : T’es la meilleure ! (Elle lui saute dans les bras et elles tombent de leurs tabourets)

----
Scène : Aux casiers

(Chloé et Sabrina discutent devant le casier de Chloé pendant que celle-ci fouille dedans.)
Chloé : Non mais tu rêves Sabrina ! Je n’ai pas le temps de travailler sur un exposé débile. (Elle ferme sèchement son casier.) Sans compter que maintenant… Tu as Marinette pour t’aider !
Sabrina : D’accord, comme tu veux Chloé… On fera sans toi, t’inquiètes pas, hum ?
Marinette : (en arrivant vers elles) Euh… ça va ? Tout va bien ?
Chloé : (énervée) Rooh ! Mais oui ! Laisse-nous tranquilles !
Marinette : Alors pourquoi tu n’as pas le temps de travailler l’exposé ?
Chloé : (contrariée) Ça, ça ne te regarde pas, p’tite fouineuse !
Marinette : (irritée) Eh bien étant donné que je fais partie ce groupe, si ! (sèchement) Désolée.
Sabrina : Ça va aller Marinette : toi et moi on va faire toutes les recherches et aussi la rédaction et puis c’est Chloé qui le présentera, comme ça, ça équilibre.
Marinette : Ça n’équilibre rien du tout ! C’est comme ça que vous travaillez toutes les deux ?
Sabrina : Euh oui, oui ! C’est moi qui ai toujours fait tous ses devoirs et du coup toutes les deux, on est les meilleures amies du monde !
Chloé : Ça te pose un problème ? Allez viens Sabrina !
Marinette : (elle pose sa main sur l’épaule de Sabrina) Sabrina... Chloé abuse complètement de ta gentillesse. Tu n’as pas à obéir à tous ses ordres ! Ce n’est pas comme ça qu’une véritable amie se comporte !
Chloé : (elle attrape Sabrina par le col et l’amène près d’elle pour poser nonchalamment son bras sur son épaule.) Alors, non seulement je suis sa meilleure amie mais je suis sa seule amie. Alors, elle a intérêt à m’obéir, parce que sans moi, elle n’est plus rien.
Marinette : (exaspérée) Si je devais t’avoir comme amie, je préférerai encore être toute seule !
Chloé : C’est cela, oui… De toute façon, j’ai des choses plus importantes à faire ! J’ai les pointes qui fourchent et les ciseaux magiques de Jean-Claude vont m’arranger ça. (Avec dédain) À plus, boulet.

----
Scène : Dans la cours de l’école

(Marinette se dirige vers la sortie en marchant. Sabrina lui court derrière essoufflée.)
Sabrina : Marinette !! (Elle lui saute au cou.) J’en reviens pas que t’aies osé tenir tête à Chloé ! (Elle la lâche et baisse les yeux par terre, admirative.) C’était carrément hallucinant.
Marinette : (gênée, elle passe sa main derrière sa tête) Eh bien… oui… C’est normal entre amies.
Sabrina : (À toute vitesse) C’est vrai, on est amies. Oh, j’ai trop hâte de passer du temps avec toi et d’avoir une vraie meilleure amie qui m’aidera pour l’exposer ! Toi et moi, on va passer des moments incroyables ensemble. Ensuite, on fera l’exposé et on dira la vérité sur Chloé à la prof ! Ça te va ?
Marinette : (prise de court) Hem… Oui… D’accord…
Sabrina : Génial ! (Elle explose de joie et Marinette la regarde avec de grands yeux effrayés.) Alors, rendez-vous à la bibliothèque copine !
(Marinette la regarde partir avec un sourire amusé.)

----
Scène : A la bibliothèque

(Adrien fouille dans les rayonnages, il repose un livre. Il se retourne lorsqu’il entend un éclat de voix un peu plus loin.)
Chloé : (écumant de rage) Comment ça, tu ne feras pas mon exposé à ma place ?
(Elle hurle sur Sabrina, Marinette se tient la tête entre les mains, assise entre Sabrina et Chloé à une table de travail, dépassée par la tournure de la situation)
Sabrina : Marinette a raison ! Je ne suis pas ton esclave !
Marinette : Euh… C’est pas exactement ce que j’ai dit…
Chloé : (l’ignorant) Mais Marinette n’a pas acheté un béret trop stylé de chez Gabriel(Elle sort ledit béret de sa boîte et le met sur sa tête) Alors que moi, si ! (Elle le retire et l’agite du bout des doigts.) Peut-être même que je pourrais te le prêter…
Marinette : (stupéfaite) Non mais attends une seconde ! Je rêve, ou t’es en train d’essayer d’acheter son amitié, avec un béret ?
Sabrina : (émerveillée par le béret) Oh, là, là, là… Qu’est-ce qu’il est trop beau ce béret ! Et en plus je suis sûre qu’il m’irait hyper bien !
(Le Dessinateur les observe depuis la Mezzanine de la Bibliothèque, il sort son stylet et fait quelques traits sur sa tablette graphique.)
Chloé : Non, toi, attends une seconde Marinette… C’est TOI qui essaies de voler MON amie avec cet exposé débile ! (Une ribambelle de bérets, sortis de nulle part, lui tombent sur la tête. Elle se met à crier, effrayée) Oh ! Mes cheveux !
(Le Dessinateur utilise à nouveau sa tablette : un sèche-cheveux géant apparaît, volant dans la bibliothèque. Chloé hurle de panique et court le plus vite possible)
Chloé : (elle s’époumone pour couvrir le bruit de l’engin, implorante) Non, pitié !
(Adrien comprend que quelque chose n’est pas normal et quitte les rayons de la bibliothèque.)
Chloé : Pitié ! Aaaaaahh !!!
Adrien : Plagg ! Transforme-moi !
(Adrien se transforme en Chat Noir)
Chloé : (en proie au désespoir, continue de courir à travers la bibliothèque pour échapper au sèche-cheveux) Noooon ! Pas les cheveux !
Marinette : (elle se cache derrière une étagère) À nous de jouer ! Tikki ! Transforme-moi !
(Marinette se transforme en Ladybug)
Chloé : (acculée dans un coin de la bibliothèque, les yeux remplis de détresse.) Noooon !! Arrêtez !
Ladybug : (elle envoie son yo-yo et saute à califourchon sur le sèche-cheveux) Vite ! Vas-t-en ! Oh ! (Le sèche-cheveux part à la poursuite de Chloé.)
Chat Noir : (atterrissant gracieusement en haut d’une étagère) J’ai entendu dire que ça chauffait pas mal dans le coin. Ça a l’air carrément décoiffant !
Ladybug : (tentant de maîtriser sa monture) Aide-moi au lieu de faire des blagues !
(Chat Noir bondit, essayant d’abattre son bâton sur l’appareil, mais celui-ci l’évite. Ladybug enroule son yo-yo autour d’une colonne métallique et envoie le sèche-cheveux au sol. Chat Noir bondit dessus et le fait disparaître, faisant grimacer de frustration le Dessinateur.)
Chat Noir : (en fixant le Dessinateur) Ouah ! Ce gars a un sacré coup de crayon !
(Le Dessinateur tente de fuir mais Ladybug et Chat Noir sautent sur la mezzanine. Le Dessinateur s’arrête et fait apparaître un mur transparent entre lui et ses deux assaillants qui foncent dedans et s’y écrasent.)
Ladybug : Où est-ce qu’il est passé ?
Chat Noir : Je sais pas ! Mais il est très fort pour illustrer ses idées…

----
Scène : Chambre de Chloé (au Grand Paris)

Chat Noir : J’ai l’impression que ce Dessinateur en a après toi en particulier, Chloé. Est-ce que tu sais pourquoi ?
Chloé : (étonnée) Euh… non ! Tout le monde m’adore !
Ladybug : (sarcastique) Oui, normal ! Tu es TELLEMENT adorable.
Chloé : (folle de joie) Wou hou ! Ladybug a dit que j’étais adorable ! (Elle passe son bras autour des épaules de Ladybug et sort son téléphone.) Viens ! Il faut trop qu’on fasse un selfie toutes les deux.
(Elle prend sa photo mais Ladybug se dégage et va plus loin.)
Ladybug : (écœurée) Oh non… Ça, ça craint !
Chloé : Bon moi je suis belle, normal, toi en revanche, tu fais une de ces têtes ! (Elle rejoint rapidement Ladybug) Allez ! On en refait une !
(Ladybug, dépitée, se laisse prendre en photo sans conviction.)
Ladybug : (en se dégageant) Désolée je suis un peu allergique aux selfies.
Chat Noir : (à Ladybug) On dirait que t’as une admiratrice !
Ladybug : (ironique et sèche) Ouais ! Super !
Chat Noir : Bah quoi, où est le problème ? Pourquoi tu le prends comme ça ? Avoue que c’est plutôt flatteur, non ? Cette fille est complètement fan de toi.
(Ladybug voit le dessin de Nathaniel où Marinette est dans les bras du Dessinateur. Sur la tête de Marinette ont été rajoutés au stylo, une paire de lunette, une moustache et un bouc.)
Ladybug : (outrée) Non mais ça va pas ? C’est une blague ? J’en ai ras-le-bol. Moi, je m’en vais !
Chat Noir : Quoi ?! Attends, tu plaisantes ? Et si le Dessinateur revenait s’en prendre à elle ?
Ladybug : (cassante) Et bah t’as qu’à rester toi ! Salut ! (Elle sort sur la terrasse de la chambre, furieuse)
Chat Noir : (choqué) Comment ça, « salut » ?
Ladybug : (de manière cinglante) Puisque t’as tellement envie de la protéger, je voudrais surtout pas t’en empêcher ! Donc : « salut » ! (Elle envoie son yo-yo et part.)
Chloé : (arrivant sur le balcon à ce moment-là) Hé Ladybug, on s’appelle, hein, ok ?

----
Scène Chez les Dupain-Cheng, chambre de Marinette

(Ladybug atterrit dans sa chambre et se détransforme. Marinette jette rageusement son sac sur son lit et Tikki qui est à l’intérieur s’agite en protestant.)
Tikki : (fâchée) Oh ! Hé !
Marinette : (qui se calme soudainement) Pardon Tikki… C’est Chloé, j’te jure, (elle se crispe de colère) elle m’énerve ! J’la supporte pas !
Tikki : Calme-toi Marinette, ça sert à rien de s’emporter comme ça ! Elle en vaut pas la peine !
Marinette : C’est dur de garder mon sang-froid ! Comme quand elle a dit à Sabrina… (Paniquée) Oh non ! Sabrina ! L’exposé ! (Elle se rue sur son téléphone portable et déroule le journal des appels sur son écran : elle découvre des dizaines d’appels manqués de Sabrina).
Tikki : (moqueuse) Oh, Oh… On dirait que t’as une nouvelle meilleure amie…
(Marinette tombe abattue sur son lit. Des bruits de pas se font entendre derrière elle et Tikki se cache. Le Dessinateur apparaît.)
Marinette : (paniquée) C’est toi qui étais à la bibliothèque ! Qu’est-ce que tu fais ici ?
Le Dessinateur : Je voulais juste te voir.
Marinette : (dubitative) D’accord… Mais pourquoi as-tu attaqué Chloé ?
Le Dessinateur : Parce qu’elle est méchante et égoïste !
Marinette: Là, je peux pas te donner tort ! Et sinon, tu vas m’attaquer aussi ?
Le Dessinateur : (surpris) Toi ? T’es Marinette ! T’es si douce, si jolie, si parfaite ! Je pourrai jamais te faire de mal.
Marinette : (gênée) Ouah ! C’est… vraiment… euh… flatteur ! (Elle a un petit rire.) Merci.
Le Dessinateur : (rassemblant son courage) Je suis simplement venu te demander si… hum… et bien… C’est mon anniversaire aujourd’hui et tu veux bien venir à ma fête ?
Marinette : Oh, euh… ben en fait, ça tombe pas vraiment bien. Tu vois, je dois travailler sur un exposé et euh… il faut que j’appelle mon amie pour qu’on puisse travailler et euh…
Le Dessinateur : (déçu)Oh s’il te plait Marinette ! Il n’y aura que toi et moi !
(Le Dessinateur fait quelques traits sur sa tablette graphique et fait apparaître une petite carte blanche qu’il donne à Marinette, un genou à terre. Surprise, elle s’en saisit et sourit.)
Marinette : Ça alors ! (Sur le carton il y a, crayonnés, le visage de Marinette, celui du Dessinateur, un gâteau d’anniversaire et un petit point d’exclamation dans le coin du bas droit.) Mais c’est moi !
Le Dessinateur : Ça te plaît ?
(Marinette remarque le point d’exclamation.)
Marinette : Euh… J’adore ! Tellement, que je vais venir à ta super fête d’anniversaire ! (Le Dessinateur sourit de soulagement.) Mais à une seule condition !
Le Dessinateur : Tout ce que tu voudras, Marinette.
Marinette : (ferme) Tu dois laisser Chloé tranquille ! Parce que je ne supporte pas la violence.
Le Dessinateur : D’accord ! Je te le promets ! (Il fait apparaître un jet-pack dans son dos) Rendez-vous au pont de l’Archevêché, près de Notre-Dame, au coucher du soleil ! (Il s’envole par la fenêtre de Marinette.)
(Marinette s’assoie sur son lit en soupirant.)
Tikki : (fâchée) Non mais ! Qu’est-ce qu’il t’a pris Marinette ?
Marinette : Je crois que ce pauvre Nathaniel a eu le coup de foudre pour moi et que son alter-ego, le Dessinateur va se faire foudroyer par Ladybug !
Tikki : Oui mais… Comment Ladybug va s’y prendre pour foudroyer ton admirateur si tu vas au rendez-vous avec lui en tant que Marinette ?
Marinette : Peut-être qu’on devrait inviter un certain Chat à la fête…
(Tikki sourit en comprenant où veut en venir Marinette.)

----
Scène : Dans la chambre de Chloé

(Chloé est assise en tailleur sur un de ses fauteuils, un livre de physique sur les jambes. Chat Noir regarde par la fenêtre)
Chloé : (énervée) Oh Sabrina ! Elle est trop égoïste ! Elle ose m’obliger à travailler ! (Plaintive) Oh… J’ai mal au crâne. (Inspirée) Hey… (Elle s’approche de Chat Noir, enjôleuse) Chat Noir… Est-ce que par hasard, tu t’y connais en physique ?
Chat Noir : (sûr de lui) Oh, la physique, c’est ma matière préférée !
Chloé : (ravie) Oh ! Parfait ! (Elle tire sur le bras de Chat Noir et l’assoit sur le fauteuil sur lequel elle était, sans lui laisser l’occasion de protester.) Assis le Minou ! (Elle s’assoie elle-même sur un transat et ouvre un numéro de la revue Paris.) Allez ! Écris-moi quelque chose de « chavirant » pour mon exposé… Oh t’as vu j’ai fait une blague avec « chat » ! Ho, ho, ho, ce que je peux être drôle !
Chat Noir : (en lui lançant un regard noir) Oui… Hilarante… (Son bâton se met à vibrer et sonner) Oh ? (Il sort sur le balcon pour décrocher) Attends, tu ne peux pas disparaître comme ça et m’appeler comme si de rien n’était, Ladybug.
Ladybug : (dans le combiné) Désolée c’était pas sympa. Mais tu peux laisser Chloé ! A la place j’ai besoin que tu protège cette fille : (elle lui envoie une photo de Marinette) elle s’appelle Marinette ! (Chat Noir regarde la photo, surpris) Mignonne n’est-ce pas ? Le Dessinateur est amoureux d’elle et il a promis de laisser Chloé tranquille si Marinette venait à son anniversaire. (Chloé interpelle Chat Noir en jouant avec sa clochette et lui rappelle d’un doigt impérieux son exposé.) Tu profiteras de cette diversion pour le neutraliser. (Chat Noir repousse Chloé dans sa chambre.)
Chat Noir : Oui mais, et toi ?
Ladybug : Euh… Je suis sur un importante mission secrète ! Je te rejoindrai plus tard ! T’arriveras à te débrouiller sans moi ?
Chat Noir : (amusé) Arrête ! Pour qui tu me prends ? (Il raccroche puis passe la tête par la fenêtre de la chambre de Chloé.) Tu ne risques plus rien ! Euh… Je te laisse ! A plus !
Chloé : (furieuse) A plus ? Et qui va faire mon exposé ? Gyyyarg !

----
Palier de la porte d'entrée de l'appartement des Dupain-Cheng

(Marinette ouvre la porte d’entrée et sursaute en tombant nez-à-nez avec Sabrina.)
Marinette : Oh ! Sabrina ! Tu m’as fait peur.
Sabrina : (gênée) Oh… euh… pardon… j’ai pas fait exprès, j’t’attendais. T’as bien reçu mes messages ?
Marinette : (embêtée) Oui, oui, je les ai eus ! Et justement, j’étais sur le point de t’appeler !
Sabrina : C’est vrai ? (folle de joie) Oh ! Je savais que tu m’appellerais… (se ressaisissant) un jour ou l’autre… Du coup j’ai fait tes devoirs de géographie. (Elle les lui tend.)
Marinette : (surprise, elle agite les mains pour refuser) Waouh ! T’étais pas obligé de les faire.
Sabrina : Ben… Vu t’es ma meilleure amie, ça me faisait plaisir de t’aider.
Marinette : Merci, mais je ne peux pas accepter.
Sabrina : (déçue) Ah oui ?
Marinette : (culpabilisant) Bon, ok ! Juste pour cette fois…
Sabrina : Super ! Alors on s’y colle ce soir à notre exposé de physique ?
Marinette : Oh… J’suis désolée Sabrina... j’ai des choses hyper importantes à régler…
Sabrina : (excitée) Des choses hyper importantes, c’est vrai ? Quelle coïncidence ! Tu sais qui d’autre à l’habitude de sortir cette excuse ?
Marinette : (décontenancée) Euh… non… Qui ?
Sabrina : (accusatrice) Chloé ! En fait vous êtes exactement pareilles toutes les deux ! Je parie que toi aussi tu t’attends à ce que je fasse tout le boulot, pas vrai ?
Marinette : Non ! Je te jure vraiment ! C’est juste que…
Sabrina : (elle lui arrache le devoir de géographie des mains) Quand je pense que j’ai travaillé toute la soirée sur ton devoir de géographie… (Elle s’en va, peinée)
(Chat Noir atterrit sur le palier de Marinette l’instant d’après)
Chat Noir : Waouh ! J’ai cru que j’allais être obligé de te sauver des griffes de cette fille. T’as pigé ? Les griffes… Mais je ne me suis même pas présenté : (sa voix devient aguicheuse) Je suis Chat Noir. (Il se met à genou et fait un baisemain à une Marinette choquée.)
Marinette : (elle tente de ne pas montrer qu’elle le connait bien) Oui je sais c’est toi qui sauve Paris tout le temps ! Moi c’est Marinette ! Et qu’est-ce que tu fais dans le coin ?
Chat Noir : (dragueur) Je suis ton cavalier pour le bal de ce soir Princesse ! Si jamais ça dérape, je veillerai sur toi ! (Marinette est agacée par son ton et ses poses prétentieuses.)
Marinette : Oh je suis carrément rassurée !!
Chat Noir : (il s’appuie sur le chambranle de la porte d’entrée, s’approchant davantage de Marinette.) Mais je vais avoir besoin d’un petit coup de patte… ça te dis d’aider un super-héros ?
Marinette : (elle lui tourne le dos, morte de rire) Mais où est Ladybug ? Vous n’êtes pas un duo ?
Chat Noir : Elle a autre chose à faire (il ne remarque pas que Marinette le singe) ce soir… du coup… (il baisse sa voix qui devient très sensuelle) c’est toi qui seras ma Ladybug…
Marinette : (elle lui fait face à nouveau) Ouah ! Chat Noir ! On va sauver Paris ! Oh C’est trop génial ! Qu’est-ce que je dois faire ?
Chat Noir : Tu n’auras qu’à éloigner le Dessinateur de son stylo, Princesse… Le reste je m’en charge ! (Il lui fait un signe de la main pour la saluer et s’en va.)
(Marinette éclate de rire.)

----
Scène : Sur un bateau-mouche sur la Seine près du Pont de l’Archevêché (de nuit)

(Le Dessinateur fait apparaître de petits réverbères et une tour Eiffel miniature sur le pont du bateau.)
Papillon : (depuis son repaire) C’est un bien charmant tableau que tu dessines là, mais ne perds pas de vue ton objectif l’ami…
Le Dessinateur : Mais je veux juste que Marinette m’aime !
Papillon : Et moi, je veux les Miraculous ! Alors récupère-les ou sinon… je te retire tes pouvoirs.
Le Dessinateur : (angoissé devant son bras qui ne lui répond plus) D’accord c’est compris, promis.
Marinette : (arrivant derrière lui) Joyeux anniversaire ! (Elle lui sourit avec douceur.)
Dessinateur : (surpris et soulagé de la voir) Marinette !
(Ils marchent le long de la corniche du bateau.)
Le Dessinateur : Je suis content que tu sois venue.
Marinette : Waouh, dis donc, c’est magnifique.
Le Dessinateur : Ça te plaît ? Mais attends parce que c’est que le début !
(Il saute sur la cabine du bateau. Des nuages sombres passent devant la lune. Il pose son stylo sur la tablette mais celle-ci ne réagit pas.)
Le Dessinateur : (fou de rage) Roooh ! C’est pas vrai ! Pas maintenant !
(Marinette lève les yeux vers lui, surprise.)
Le Dessinateur : (se rendant compte de son excès de colère) Oh désolé ! Je voulais pas te faire peur ! (Il se penche sur un réverbère.) C’est juste que j’ai du mal à dessiner dans l’obscurité.
(Marinette esquisse un petit sourire en coin, satisfaite de l’information. Une fausse lune ronde et brillante apparaît au-dessus de la petite Tour Eiffel.)
Le Dessinateur : Voilà !
(La péniche avance doucement au fil de la Seine. Marinette et le Dessinateur sont assis sur un banc. Le Dessinateur griffonne de petites notes de musique sur sa tablette qui deviennent une douce mélodie tandis que Marinette les regardes s’envoler.)
Marinette : Hein ? (Elle aperçoit Chat Noir qui saute de toit en toit. Elle se tourne vers le Dessinateur qui n’a rien remarqué.) Tu as tellement de talent. Je comprends pas pourquoi tu veux utiliser ton pouvoir pour faire du mal au gens.
Le Dessinateur : Non, pas aux gens, juste à Chloé ! Mais je le ferais plus, c’est fini. Après tout, tu as tenu ta promesse donc je tiendrai la mienne.
(Chat Noir s’approche de la péniche, glisse sur le pont sous lequel passe le bateau puis il fait une roulade pour atterrir dessus.)
Marinette : Tu sais, je dessine un peu moi aussi … Bon, bien-sûr, pas aussi bien que toi !
Le Dessinateur : Dis pas ça ! J’suis sûr que t’es très douée !
Marinette : Et bien… (elle jette un coup d’œil à Chat Noir) pour ton anniversaire, je pourrais peut-être te dessiner quelque chose. (Elle pose deux doigts sur le stylet du Dessinateur, toujours en lui souriant, stoppant la musique.)
Le Dessinateur : (surpris) Ah ! (très enthousiaste) Ce serait génial ! (Il entend le pas en arrière de Chat Noir derrière lui.) Hein ? (Il jette un coup d’œil et le remarque.) Attends un peu Marinette, rends-moi mon crayon s’il te plait… Je dois dessiner un truc. Maintenant !
Marinette : Non ! (Elle se saisit du stylo) Je le garde ! (Elle se lève et se met à courir.) Chat Noir ! A toi !
(Chat Noir lui bloque la route en développant son bâton télescopique)
Le Dessinateur : (choqué et déçu) Marinette ! T’es de mèche avec lui ? (en colère) Qu’est-ce que j’suis bête ! Moi qui pensais qu’tu m’aimais ! Mais t’es exactement comme Chloé ! A m’narguer et à t’moquer d’moi ! Tu m’as trahi !
Marinette : Quoi ? (agacée par la tournure de la situation) Ah non ! Ça suffit ! Pourquoi tout le monde me compare à Chloé aujourd’hui ?
(Le Dessinateur profite de la diversion pour balancer un coup de pied dans le bâton de Chat Noir dont le bout heurte la main de Marinette ce qui fait s’envoler le stylet du Dessinateur qui bondit, l’attrape au vol et se place sur la fausse lune. Il profite d’un moment de battement où Chat Noir se prépare à sauter pour tracer quelques traits sur la tablette et faire apparaître une cage transparente au-dessus de Chat Noir qui le cloue sur la péniche avec Marinette. Le Dessinateur fait un bond et atterrit sur le haut de la cage.)
Le Dessinateur : Et bien sûr ma promesse ne tient plus ! (Chat Noir tente de faire partir la cage en donnant des coups de pied dedans) Chloé va avoir une petite leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier ! (Il fait apparaître des freins sur la péniche qui s’arrête puis il s’en va.)
Chat Noir : (en tentant de soulever les bords de la cage avec son bâton) Il nous a mis en boîte, littéralement !
(Tikki tente de sortir de la sacoche de Marinette, mais celle-ci l’arrête et referme le sac.)
Marinette : Chat Noir ! (Elle s’accroupit et Chat Noir fait de même et elle met le bâton à la verticale.) Mets plutôt ton bâton comme ça et allonge-le.
Chat Noir : (dragueur, il passe un bras autour des hanches de Marinette et lui dit d’une voix enjôleuse) Brillante idée !
Marinette : (d’un ton blasé) Je sais ! (Elle le repousse légèrement mais avec fermeté pour s’accrocher à son cou.) J’suis géniale !
(Chat Noir allonge son bâton et la cage décolle du sol. Le bâton tombe à l’horizontal sur la rive, Chat Noir, glisse dessus, en parfait équilibre, avec Marinette dans les bras, comme une princesse. Il rétracte son bâton et le fait tourné avec frime pour le rattraper.)
Chat Noir : J’dois y aller ! Un super héros ne se repose jamais. (Il énumère en baissant des doigts) Des demoiselles en détresses, des filles à secourir… J’ai plein de sauvetages qui m’attendent ! (Il murmure) Tu me remercieras plus tard ! (Il part en courant.)
Marinette : (outrée) Moi ? Le remercier ? Je rêve ! C’est plutôt lui qui qui devrait me remercier ! On y serait encore si je lui n’avais pas dit comment faire son « travail ». En parlant de ça, ce gros matou va avoir besoin de nous pour sauver Chloé

----
Scène : Chambre de Chloé

Chloé : (elle est devant son miroir et semble pleurer) Oh, je suis tellement désolée Madame (Elle essuie ses yeux avec un mouchoir.) mais après ce qu’il s’est passé à la bibliothèque, je n’arrivais pas à travailler sur mon exposé : tout ça était tellement traumatisant ! Regardez dans quel état sont mes cheveux ! (exaspérée par sa prestation) Oh pitié ! C’est pas crédible trente secondes ! Jamais un sèche-cheveux géant ne saurait ternir ma beauté !
(Des bruits se font entendre derrière la porte d’entrée de sa suite.)
Chloé : Hein ? (elle vient mettre son oreille contre la porte) Chat Noir ? Est-ce que c’est toi ?
(Le Dessinateur efface la porte et il apparaît derrière sous les yeux apeurés de Chloé qui se met à hurler de panique, courir à travers la pièce et se cacher sous le lit. Le Dessinateur avance dans la chambre d’un pas très calme.)
Le Dessinateur : (d’une voix basse et intimidante) Chloé… Mais où es-tu ? Tu t’es cachée ? Comme c’est mignon… Tu veux jouer à cache-cache ? Dans le placard ? (Sous les yeux choqués de Chloé, le Dessinateur efface la porte du placard, les robes et les chaussures qui se trouvent à l’intérieur puis le lit, découvrant Chloé qui se met à crier.)
Le Dessinateur : (toujours sur un ton bas et effrayant) J’ai gagné Chloé : je t’ai retrouvé.
Chloé : Mes robes de chez Chenal ! Mes escarpins Touboulin ! Oh, vous êtes… Vous êtes un monstre !
Le Dessinateur : (moqueur) C’est drôle, tu adore piétiner les gens qui t’entourent mais on dirait que tu n’aimes pas trop qu’on te marche dessus. (Il dessine un escarpin sur sa tablette et un escarpin géant apparaît dans la chambre.) Pas vrai Chloé ? Pas vrai ?
(L’escarpin se met à sautiller à la poursuite de Chloé qui crie et court à travers la chambre. Le yo-yo de Ladybug s’enroule autour du talon de la chaussure et le sectionne, faisant disparaître la chaussure. Le Dessinateur grimace de colère.)
Ladybug : (elle fait tournoyer son yo-yo à côté d’elle) Oups… Un talon cassé c’est l’enfer pour les chevilles !
Chat Noir : Ah bah tu t’es enfin décidée à venir !
Ladybug: Tu sais bien que j’étais occupée Chat Noir ! J’avais une mission top secrète !
Chat Noir : Ah oui ? Elle consistait en quoi au juste ?
Ladybug : Oh bah si je te le disais, ça ne serait plus un secret !
Le Dessinateur : Il semblerait que ce soit l’heure du combat entre les gentils et le méchant ! Mais je vous jure, si vous la connaissiez, vous ne vous donneriez pas tant de mal pour la sauver ! Le vrai méchant, c’est elle !
Chloé : (outrée) Quoi ? Mais c’est même pas vrai ! Et puis d’abord, tout le monde m’adore !
(Le Dessinateur dessine sur sa tablette.)
Chloé : Hein ?
(Des gants de boxes apparaissent et fondent sur Chat Noir qui repousse le sien en faisant tournoyer son bâton et sur Ladybug qui saute par-dessus les deux qui foncent sur elle avant d'exploser celui qui va heurter Chloé avec son yo-yo. Elle le fait revenir vers elle et le fait foncer vers le Dessinateur mais il fait apparaître un mur transparent qui le protège faisant grimacer Ladybug de frustration. Il fait ensuite apparaître une grande scie circulaire qui fonce sur Ladybug mais qu’elle repousse en faisant tournoyer son yo-yo devant-elle comme un bouclier. La scie dévie vers Chloé qui se protège avec ses mains mais l’arme est bloquée par le bâton de Chat Noir qui l'a envoyé dans l’axe de la scie qui disparaît. Chat Noir récupère son arme qu'il sépare en deux et il lance les deux morceaux sur le Dessinateur. Il les évite mais l’un d’eux explose une applique murale, faisant paniquer le Dessinateur.)
Ladybug : (se rappelant de ce qu’a dit le Dessinateur quand elle était avec lui sur le bateau.) La lumière ! Mais oui ! Chat Noir ! Il ne peut pas dessiner dans le noir !
Chat Noir : Compris !
(Il avise l’interrupteur.)
Chat Noir : (invoquant son pouvoir) Cataclysme !
(Le Dessinateur efface ledit interrupteur et Chat Noir fait un gros trou dans le mur.)
Chat Noir : Oh non !
Le Dessinateur : Voilà pour toi mon minou ! (Il fait apparaître une chaîne et un énorme boulet à la cheville de Chat Noir.) Une p’tite baballe et sa chaîne pour faire joujou !
(Chat Noir fulmine.)
Le Dessinateur : Hé ! Dommage ! Ceux qui se mettent en travers de ma route sont effacés ! (Il efface le sol sous les pieds de Chat Noir qui doit reculer pour ne pas tomber à l’étage en dessous mais il est rattrapé par le vide et se suspend au rebord pour ne pas chuter. Ladybug regarde la scène effrayée mais elle aussi est rattrapée par le vide et ne peut pas intervenir.)
Chat Noir : (sa bague se met à biper furieusement et un coussinet de la patte verte disparaît.) Non ! Non ! Non ! Non ! Non !
Le Papillon : (en off au Dessinateur) Le Miraculous de Chat Noir ! Prends-le ! Prends-le maintenant !
Le Dessinateur : (à Chat Noir) Avant que tu t’en ailles, je crois que tu as quelque chose pour moi !
Chat Noir : Ladybug ! Les chats n’ont pas neuf vies ! C’est une légende !
Ladybug : Lucky Charm ! (Elle invoque son pouvoir) Hein ? Une balle rebondissante ?
Le Dessinateur : (moqueur) Tu comptes vraiment m’arrêter avec ça Ladybug ? (Il ricane.)
(Ladybug regarde autour d’elle à la recherche de l’utilisation qu’elle pourrait faire de son Lucky Charm. Son regard s’arrête sur les spots au plafond, un parapluie au sol et les appliques luminaires.)
Ladybug : Tu vas voir ! (Elle lance la balle de toutes ses forces)
(La balle se met à rebondir contre les différentes sources de lumière de la pièce qui explosent une à une, laissant la pièce dans une profonde obscurité. Ladybug attrape le Dessinateur avec son yo-yo et le fait tomber par terre à plat ventre. Elle se saisit du stylo du Dessinateur et le brise en deux devant lui. L’akuma en sort.)
Chat Noir : (dont la bague marque avec de plus en plus d’insistance la fin du compte à rebours avant sa détransformation.) Oh dépêche !! (Le boulet qui pendait à sa cheville s’efface et il remonte sur le sol de la chambre de Chloé.)
Ladybug : Tu as assez fait de mal comme ça petit akuma ! (Elle capture l’akuma pour le purifier) Je te libère du mal ! Viens là ! Bye-bye petit papillon ! Miraculous Ladybug ! (La balle rebondissante disparaît et tout les dégâts sont réparés.)
Nathaniel : (perdu) Où on est là ?
Ladybug et Chat Noir : Bien joué ! (Ils font le check de la victoire.)

----
Antre du Papillon

Papillon : Non ! Les Miraculous n’avaient jamais été aussi proches ! Un jour, je les tiendrai, là, au creux de ma main… J’aurai le pouvoir absolu.
(La fenêtre se ferme.)

----
Scène aux casiers à l'école le lendemain

Alya : (Elle film Chloé avec son téléphone en mode caméra.) Et que s’est-il passé quand Ladybug et Chat Noir sont arrivés ?
Chloé : Ce n’est pas pour dire du mal, mais franchement, ils n’ont fait qu’empirer les choses ! Ils ont débarqué en catastrophe et ont pratiquement tout cassé dans ma chambre avec leur balle en plastique !
Alya : (étonnée) Une balle en plastique ?
(Marinette qui les écoute au loin se met à glousser.)
Sabrina : (elle arrive derrière Marinette avec sur la tête le béret de Chloé de chez Gabriel.) J’espère que tu t’es bien amusée hier soir à régler ces choses hyper-importantes !
Marinette : Je suis désolée Sabrina mais si ça te dit, on peut se retrouver tout à l’heure à la bibliothèque pour travailler toutes les deux ?
Sabrina : Trop tard ! Chloé et moi on fait l’exposé ensemble !
Marinette : Tu veux dire que tu vas faire l’exposé ?
Sabrina : Evidemment ! Après tout ce qu’elle a vécu !
Marinette : (elle lâche une expression d’exaspération puis elle prend un ton plus sympathique.) Oh fait ! Très sympa ton béret !
Sabrina : Je sais, ouais ! C’est Chloé qui me l’a prêté ! (Elle lance un cri d’intense satisfaction.) C’est vraiment ma meilleure amie. Chloé ! (elle court vers son amie.) J’ai terminé ton devoir de géographie !
(Marinette lève les yeux au ciel en souriant puis ferme son casier derrière lequel était caché Adrien.)
Adrien : Hey !
(Marinette pousse un hurlement horrifié.)
Adrien : J’ai entendu parler de tes aventures avec Chat Noir hier, t’as pas eu trop peur ?
Marinette : Moi peur ? Oh tu me chavire ! Enfin… Tu te vire ! Je veux dire : tu veux rire ? (Dépitée, elle couvre son visage de sa main.) Oh, c’est de pire en pire…
Adrien : (dubitatif) Ok… Et tu l’as trouvé comment Chat Noir ? Il doit être génial !
Marinette : Oh lui ? Oui ! Enfin… pas si génial que toi, parce que qui pourrait l’être ? T’es le plus génial des gars géniaux !
Adrien : (Il la regarde avec de grands yeux étonnés puis fronce les sourcils dans une expression de réflexion.) Donc… ça veut dire oui…
(La sonnerie retentit et Adrien semble satisfait de l’échange et il tapote l’épaule de Marinette et s’en va. Elle pose ses mains sur son cœur, émerveillée.)
Tikki : Dis… tu te rends compte que tu viens de dire une centaine de fois à Adrien qu’il était génial ?
Marinette : (ahurie) Il a touché mon épaule… Je laverai plus jamais ma veste.
Tikki: Marinette ! Quand est-ce que tu vas apprendre à contrôler tes émotions ?
(Plan sur le cahier de Nathaniel, à gauche, la première histoire du début de l’épisode mais est barrée ; Sur la page d’à côté on voit la couverture du comics Ladybug.)